Exposition du 19 mai au 3 octobre 2021
Dans les 1er, 2e étages et combles du château, et dans le parc de La Roche-Jagu.
Corps

L’exposition donne la part belle à 12 artistes talentueux.ses installé.e.s en Bretagne. Leurs œuvres se déploient subtilement au sein du château et des jardins. Leurs regards généreux et poétiques explorent le thème de cette année : la métamorphose, comme une invitation à rêver et à imaginer un monde où la créativité et la poésie offrent un nouveau récit.

Les artistes invité.e.s
 

Dans le château
Brigit Ber, Fabienne Houzé-Ricard, Sylvain Le Corre, Matthieu Dorval, Guillaume Castel, Thierry Le Saëc, Cécile Borne, Les Concasseurs (Sylvain Descazot et Mathieu Lautrédoux)
 

Dans le parc
Les Concasseurs (Sylvain Descazot et Mathieu Lautrédoux), Guillaume Castel, Sophie Prestigiacomo & Régis Poisson, Corinne Cuénot.

Brigit Ber

Corps

Brigit Ber - Credit : Laurent Toudic
Credit : Laurent Toudic

Chimères & Vanités | Cyanotypes | Chambre et garde-robe seigneuriales, 1er étage

Brigit Ber, plasticienne, ne cesse d’explorer la photographie, la vidéo autant que le dessin et la gravure. C’est ainsi qu’elle développe ses «Bryophytes» : une série née de la rencontre d'un geste répétitif réalisé pendant les temps de traitement d'images-vidéo et d'un mot trouvé au hasard des pages d'un ouvrage de botanique. Son goût pour le décalage, l'association et les jeux perceptifs donne corps à la collection présentée ici, fruit de découvertes accidentelles et de techniques maîtrisées, le cyanotype en particulier, approches revisitées dans la construction des images.

www.brigitber.com

Fabienne Houzé-Ricard

Corps

Fabienne Houzé-Ricard

Nids-racines | Peintures, dessins, installations | Salle seigneuriale, 1er étage

Fabienne Houzé-Ricard pratique la peinture, le dessin sur papier ou sur toile, l’estampage, la couture, l’installation… Ses projets se nourrissent l’un l’autre depuis de nombreuses années, toujours reliés entre eux par les thèmes du nid et de l’oiseau. À l’origine de son travail se trouve un double écheveau. Celui des brindilles entremêlées en des cercles aux diamètres de plus en plus restreints et qui finissent par former un nid – d’où l’on vient.

www.fabienne-houze-ricard.com

Sylvain Le Corre

Corps

Sylvain Le Corre
Photo : Laouene

Échardes & The Holy Mountain | Aquarelles, installations | Chambre de parement – étude, 1er étage

Diplômé de l’EESAB (École européenne supérieure d’art de Bretagne), Sylvain Le Corre explore des paysages. De premier abord, entre étude naturaliste et introspection, son approche est une forme d’immersion dans l’intimité des milieux naturels, leur exploration par ce qui les compose. Là où tout semble commencer par “la petite campagne”, les “promenades non lointaines”, celles que l’on s’autorise à deux pas de chez nous, prennent une dimension d’expédition naturaliste (à la Jean-Henri Fabre), d’exploration méditative. Sa relation à la nature environnante est un point de départ. Il y prélève des éléments parfois réels comme autant d’amorces de rêveries. C’est ainsi qu’il note, enregistre, photographie les détails insolites, les curiosités et les anomalies du monde animal, végétal, minéral, pour ensuite recréer à l’atelier des paysages, des mondes fantasmés, et - plus tard - les donner à voir à d’autres.

sylvainlecorre.tumblr.com

Matthieu Dorval

Corps

Mathieu Dorval - Crédit : Emmanuel Berthier
Crédit : Emmanuel Berthier

Météores | Peintures | Salle haute, 2e étage

Matthieu Dorval est peintre. Il développe les innovations plastiques nées des mouvements abstraits et néo-expressionnistes et initie une peinture en lien direct avec la nature. Les différents éléments définis par Ovide - la terre, la mer, le ciel - occupent une place prépondérante dans la peinture de Matthieu Dorval. Ils sont les dépositaires des grands mystères restant encore hors de portée de notre connaissance. Comment définir la matière, le vide, le temps, l’énergie ? Quelles sont les relations répondant aux lois de la physique qui unissent l’espace et le temps, la matière et l’énergie, le néant et l'origine ? Selon Galilée, “la nature est écrite en langage mathématique”, et elle reste impénétrable pour la majorité d’entre nous. Par la poésie que sont censés diffuser les formes, les accords de couleurs et de matières, le peintre cherche à placer le spectateur au bord de l’abîme que constituent ces réflexions relatives à la nature dans son entier, ses interactions, son impermanence, ses transformations… Ses métamorphoses. 

www.matthieudorval.com

Guillaume Castel

Corps

Guillaume Castel - Crédit : Pascal Glais
Crédit : Pascal Glais

Au château

  • Mascaret | Sculptures et installations marines | chemin de ronde, 2e étage

    Guillaume Castel est sculpteur. Passionné par les plantes qu’il observe et étudie, il puise toujours dans le répertoire végétal sans chercher la reproduction mimétique. La quête se situe plutôt au cœur de la forme organique : Guillaume Castel explore les surfaces métalliques, joue avec le laiton, le cuivre, l’acier etc. pour composer son “herbier imaginaire” issu de la terre et de la mer, des paysages de la Baie de Morlaix dont il est originaire.

Au parc

  • Fil et Dulse | Sculptures | Jardin des Terrasses (cour du château)

    Guillaume Castel explore le monde végétal sous-marin avec ses œuvres Fil et Dulse. L’artiste joue tantôt sur les surfaces métalliques qu’il oppose à des couleurs vives prélevées dans la nature, tantôt sur des équilibres de matière, évocation poétique de l’univers végétal aquatique.

www.guillaumecastel.com

Thierry Le Saëc

Corps

Thierry Le Saëc

Feuillées | Dessins, gravures, livres d’artiste, sculpture | petite salle haute, 2e étage

Tout autant dessinateur, peintre, graveur, auteur et éditeur de livres d’artistes, Thierry Le Saëc développe une œuvre tout en réflexion, précision, quasi-perfection malgré son intériorité sans faille, son plein d’émotion et son apparente spontanéité : tantôt son œuvre penche vers l’exactitude géométrique (ligne, plan, aplat de couleur), tantôt elle penche vers la liberté des signes, les effets de matière et l’improvisation. Le tout se conjugue simplement et invite le regardeur à la contemplation. Ce sont des fragments de paysages, réels, imaginés… qu’importe tant la nature a des capacités inouïes de transfiguration.  Il suffit de flâner dans ce merveilleux parc de la Roche-Jagu et de se laisser porter par la magnificence des lieux, des lumières, des sons.

lesaecthierry.blogspot.com
edlacanopee.blogspot.fr

Cécile Borne

Corps

Cécile Borne
Photo : Nedjma Berdere

Les Hauts Fonds | Installations | Niveaux intermédiaires et combles

Cécile Borne est plasticienne et chorégraphe. Elle pratique depuis l'enfance la chasse aux trésors. Cette activité de naufrageuse détermine pour toujours sa fascination pour l'expérience de la limite et la poétique de la ruine. Elle mène un travail de mémoire et de création autour des tissus échoués, parcelles d’étoffes venues du large et rejetées par la mer. Ces fragments de tissu deviennent le point de départ d’un développement sensible aux lisières de l’intimité du corps et du tissu social. Ces humbles reliques, ruines muettes, témoignent d’une histoire sans parole. Ces dernières années, Cécile Borne a élargi son champ de recherches aux déchets plastiques présents sur le littoral. Elle présente à partir de ces fragments, une fiction ethnographique plastique : Les Indigènes du 7e continent.

cecile.borne.free.fr

Les Concasseurs

Corps

Les Concasseurs_052021

(Sylvain Descazot et Mathieu Lautrédoux)

Résidence artistique Terre & Ma (octobre 2020 – août 2021)

Au château

  • Cartes et Contemplation d’un gammare | Sérigraphies et vidéo | Chambre et garde-robe des combles

    Au cours de leur résidence de création Terre & Ma d’octobre 2020 à août 2021, Les Concasseurs auront arpenté le parc et ses environs durant les quatre saisons. Lors de chacune d’elle, ils ont inscrit sur papier deux matières. L’ensemble des huit impressions dévoile la matérialité qu’ils estiment fondamentale, d’une année dans le parc. Les Concasseurs proposent également une vidéo en quatre volets relatant un point de vue aquatique à l’échelle des gammares, petits crustacés d’eau douce. L’immersion d’une caméra dans leur milieu d’habitation propose de porter un regard sur les différentes saisons et l’incidence des événements. Pendant leur temps de résidence entre octobre et avril derniers, les artistes ont également capturé les sons du parc. Les flux, les écoulements, les chants aquatiques et aériens ont nourri une récolte, tel un herbier sonore. Les Concasseurs composent ces matières pour dévoiler la litanie de La Roche-Jagu à travers un mapping sonore projeté dans la garde-robe des combles.
    Enfin, Les Concasseurs ont invité dans le cadre de leur résidence Jean-Pierre Boudin, chef-enseignant au lycée de Dinard à les accompagner dès octobre 2020 pour déambuler dans le parc et le long du Trieux afin de créer un carnet de recettes de cuisine semi-sauvage. Ainsi chaque saison aura fait naître 3 recettes inspirées par La Roche-Jagu et publiées dans un livre d'art, petite édition créée par Sylvain Descazot & Mathieu Lautrédoux.

Dans le parc

  • Édition d’un livre d’art « Goûter la roche » : carnet de 12 recettes créées par Jean-Pierre Boudin et Les Concasseurs. Préface d'Éric Birlouez.

    Les Concasseurs invitent par cette installation dans le parc, à déambuler en toute conscience, la nuit. S’inspirant des balises utilisées par les marins pour se repérer en mer, les artistes implantent au sein du parc de la Roche-Jagu sept pièces en verre phosphorescent. Elles sont des points permettant une initiation nocturne dans le parc, invitant à se rendre de l’une à l’autre en empruntant des chemins de traverse. La déambulation nocturne incite à s’appuyer sur les autres sens que la vue et à appréhender autrement ce temps et son environnement.
     

  • Balis.e | Installations | Parcours sur 7 espaces du parc : du Rocher Argenté au Stanco

lesconcasseurs.org

Corinne Cuénot

Corps

Corinne Cuenot - Crédit : Damien Journée
Photo : Damien Journée

Forme de l’eau | Sculptures | Verger soclé

Après une quinzaine d’années de pratique picturale, Corinne Cuénot se met à la sculpture. Très vite, le fil de fer s’impose comme son matériau de prédilection et son travail s’apparente souvent à du tissage, celui de la dentellière ou de l’araignée, un travail foncièrement féminin. Alors, elle parle du temps, celui qui passe, qui abîme parfois et qui détruit ; elle parle des corps, de leur fragilité, de leurs métamorphoses. Dans le calme du verger soclé, face au méandre sans cesse remodelé par les vents et les courants , deux cercles de métal brodés l’un de fils d’inox et de cire , l’autre de fil d’acier, de lin et d’argile viennent témoigner de ces métamorphoses.

Sophie Prestigiacomo & Régis Poisson

Corps

Sophie et Régis - Crédit : Gérald Lapacherie
Photo : Gérald Lapacherie

Transition | Installation végétale | La Cale au bord du Trieux

Sophie Prestigiacomo et Régis PoissonCe duo de plasticiens a investi un espace à proximité de la cale du Domaine de la Roche-Jagu : zone naturelle de transition, tapissée d’obione qui nous rappelle la rencontre entre deux mondes, la terre et la mer, ici l’horizontalité des eaux du Trieux côtoie la verticalité des arbres. Leur œuvre « Transition » est une succession de cocons de différentes dimensions reliés les uns aux autres créant un lien entre la terre et la mer, sorte de chapelet de cocons aériens, organique, symbolisant la diversité des métamorphoses possibles dans chaque écosystème.
« Lorsque l’on tire un seul fil de la nature, l’on découvre qu’il est attaché au reste du monde »(John Muir).

www.regisophie.com

Contacts

Domaine départemental de la Roche-Jagu
22 260 Ploëzal

Infos. pratiques

6€, réduit 4 €
Tout public